À l’enseigne absente

Je consacre une partie de mes loisirs à l’impression de petites plaquettes à faible tirage. C’est un hobby comme un autre, qui fait plaisir à mes amis et, après tout, on s’amuse comme on peut.

Je compose mes textes à la main, à l’aide des rares fontes que je possède. Pour le tirage, je me tourne vers la Charlotte, une petite presse platine à bras installée dans ma cave.  De fabrication américaine (marque : Kelsey ; modèle : Excelsior victor), elle fonctionne parfaitement en dépit de son grand âge. Elle n’a que deux défauts : d’une part, elle ne permet d’imprimer que des formats réduits  (le châssis offre une surface utile 6 x 10 pouces, soit environ 15 x 25 cm) ; d’autre part, la position du barreau à gauche oblige à manipuler les feuilles de la main droite, ce qui est incommode lorsque l’on a comme moi le malheur d’être gaucher. (Je signale ces défauts pour indiquer à mon aimable lecteur que, dans le cas où il souhaiterait se débarrasser d’une petite presse Stanhope ou, mieux encore, d’une Albion, je serais tout à fait disposé à l’accueillir…)

Les petites plaquettes imprimées sur la Charlotte sont publiées « à l’enseigne absente », maison d’édition dont le principal mérite est de n’avoir aucune existence réelle, mes livrets étant de simples présents destinés à mes amis.

Catalogue des publications